Close

Saint-Rémy

Places et squaresPlaces et squares
Echelle localeEchelle locale
Marche plusMarche plus
  • Lieu: Molenbeek-Saint-Jean
  • GPS: 50.862511, 4.339630
  • Année: 2012-2015
  • Superficie: 3.000m2
  • Tissu urbain: Places et squares
  • Concepteur: K2A, Atelier Ruimtelijk advies, C
  • Entrepreneur: Verbruggen bvba
  • Maître d’ouvrage: Commune de Molenbeek St Jean
  • Montant des travaux: 430.000€

En 2012 le Parc Saint Rémy illustre les déboires d’un espace public devenu prématurément inadapté aux besoins d’un quartier en mutation. L’aménagement de l’espace réalisé en 1999 par la commune dans le cadre d’un quartier d’initiative est très morcelé. Le parc est clôturé, le mobilier urbain dégradé, les espaces ombragés et cachés deviennent le monopole d’un groupe de jeunes. S’y développent aussi des trafics illégaux, du vandalisme, ou encore des dépôts clandestins, etc. L’ensemble génère une grande insécurité et certainement un manque de convivialité. Ce lieu est pourtant un des rares espaces ouverts de ce quartier dense.


Le réaménagement du Parc Saint Rémy est inscrit dans le programme du Contrat de quartier durable "Autour de Léopold II" (2012-2015).
En 2015, le parc Saint Rémy est devenu un espace ouvert sur la rue et accueillant pour petits et grands. L’aménagement consiste principalement à remodeler le sol et relier l’espace de la rue où l’on se déplace, et l’espace du parc où l’on séjourne. La multifonctionnalité de l’espace encourage une flexibilité d’usages et contribue à renforcer la mixité du quartier.

 

Le Parc Saint-Rémy est bordé des rue de l’Intendance (appelée Rue du Pont de la Senne avant 1851) et rue Pierre-Victor Jacobs. Il occupe l’un des angles de l’îlot situé au dos de l’église Saint-Remy. Celle-ci est construite en 1907 à front du Boulevard du Jubilé. Les parcelles qu’occupe le Parc Saint-Rémy apparaissent comme non bâties déjà en 1930. Sur les orthophotos de 1953 l’ensemble du terrain semble occupé par des parcelles cultivées. En 1999, lors du premier aménagement de l’espace en place publique, la parcelle est occupée par des jardins familiaux. L’aménagement de 1999 est réalisé par la commune dans le cadre d’un Quartier d’Initiatives. Dans les quartiers alentours différents contrats de quartier se succèdent avant celui appelé « Autour de Léopold II ».

1907-2004

1907

1930-35

1953

1971

1996

2004

2012

2012

2015

2015

Chantier

Fin du chantier


Cultiver la confiance et l’écoute de tous les publics par la présence et l’action un travail sur le long terme.

Le projet s’inscrit dans une dynamique de renouvellement urbain à grande échelle. Le quartier est notamment impacté par les transformations liées aux développements du site de Tour&Taxis et du quai des matériaux. Plusieurs contrats de quartiers se succèdent aussi sur et autour du quartier.

Sur le site lui-même, le renouvellement urbain est à l’œuvre de longue date : ’espace St Remy a en effet été réaménagé une première fois en 1999 dans le cadre d’un quartier d’initiative. En 2012, cet espace public, l’un des rares du quartier,  souffre cependant de fortes tensions et d’insécurité urbaine.

L’asbl JES/Yota (Jeugd en stad) est alors engagée dans le cadre de la ‘Politique des Grandes Villes’ pour une mission de participation afin de relancer le dialogue avec les habitants et les acteurs de terrain et recréer de l’activité sur l’espace.

La revitalisation du parc Saint Rémy et la sécurisation de ses abords s’inscrivent finalement dans le Contrat de Quartier durable « Autour de Léopold  II » (2012-2016). L’objectif principal est de rétablir la sécurité et assurer une fréquentation mixte de l’espace.  Ce projet fait l’objet d’un marché négocié sans publicité au terme duquel le bureau d’architecture K2A est désigné comme auteur de projet.  Le marché prévoit une participation qui est menée avec beaucoup de conviction dans la continuité du travail entamé par JES/Yota. Le processus permet d’identifier les besoins principaux : augmenter l’espace vert, améliorer le terrain de football, opter pour un revêtement solide, ouvrir l’espace et ôter les barrières, assurer des jeux pour tous.

La négociation et la communication entre les divers acteurs est au cœur du processus du projet qui rassemble régulièrement architectes, JES/Yota, la commune et les jeunes identifiés comme interlocuteurs privilégiés.  En parallèle de la concertation, le travail de terrain mené par JES/Yota permet une identification fine des enjeux et des attentes des habitants, singulièrement des jeunes. Elle permet aussi une appropriation continue de l’espace durant tout le développement du projet et du chantier.

Etant donné la pression sociale et les fortes attentes pour le nouvel aménagement, le chantier a dû être mené de manière rapide et efficace ( +/- 3 mois). Néanmoins, une bonne communication et un suivi attentif ont permis un chantier apaisé.

La présence de JES/Yota sur le site se prolonge au-delà de la réalisation de l’aménagement par l’implantation d’une cellule de prévention de première ligne dans un local de l’équipement public construit sur un des bords de la place dans le cadre du Contrat de quartier précédent.

Cadre formel Cadre informel
Situation 2012

Projets dans les environs

Procédure négociée
sans publicité

Contrats de quartier préalables

Politique des Grandes villes : engagement de JES/Yota

Contrat de quartier durable « Autour de Léopold II

Avant projet

Ateliers de participation avec JES

retour sur l’avant projet

Projet définitif

Permis d’urbanisme

Aménagement 2015

Chantier

Antenne JES sur place

faire le juste investissement

L’analyse des besoins a permis de modeler un aménagement juste et à un coût global restreint. L’économie de moyens est réalisée par le réemploi de certains mobiliers, le maintien de la végétation préexistant ou encore par le choix d’un aménagement simple. L’essentiel de l’intervention réside dans le recouvrement de sol en pavé de béton ; matériau économe. Le choix de matériaux et mobiliers simples et solides, adaptés aux usages intensifs et peu exigeant en terme d’entretien rencontre l’ambition d’une économie générale de projet.

A noter que le kiosque préexistant a été démonté et réinstallé dans une école de la commune.

La durée restreinte du chantier (3 mois) contribue également à l’économie du projet.

Ouvrir et reconquérir le lieu pour tisser des liens

Le parc St Remy est un espace de quartier, situé à l’arrière  des axes métropolitains Jubilé et Léopold II.

Il est toutefois bordé par un axe de mobilité active, la rue de l’Intendant, connecté à l’Itinéraire cyclable régional (ICR) empruntant la rue Vanderstichelen, ce qui permet de renforcer le maillage vélo.

L’objectif du maître d’ouvrage est de sécuriser les abords et d’ouvrir l’espace du parc Saint-Rémy sur le quartier. Ceci permet l’intégration de nouveaux cheminements qui renforce le maillage piéton au sein du quartier.

Derrière l’église, le choix est posé de fermer ce tronçon de la rue Pierre-Victor Jacobs aux véhicules. Cette option vise à intégrer le chevet de l’église dans la continuité du parc. Cette volonté d’intégration n’est que partiellement rencontrée car les divers équipements de mobiliers implantés à cet endroit participent peu à la dynamique de la place.

L’aménagement du parc Saint-Rémy est pensé dans la complémentarité du maillage vert en lien avec le parc de T&T et celui de la ligne 28.

Il participe également au renforcement du maillage jeu.

Renforcer la nature urbaine

Le projet contribue à la bonne gestion des eaux pluviales, même si le parc St Remy reste majoritairement  minéralisé pour permettre la diversité des usages et faciliter l’entretien. Le projet a en effet permis de réduire le taux d’imperméabilisation du sol (de 83% à 60%) en augmentant les zones de verdure.

Le tapis minéral est percé de plusieurs poches de verdure, lieux de nature urbaine propices au repos, au pique-niques…  La présence végétale répond à une demande des habitants.

La majorité des arbres existants sont conservés sauf deux ayant souffert de vandalisme. Huit nouveaux arbres sont choisis parmi les espèces indigènes proposées par Bruxelles Environnement et dans la continuité des espèces existantes sur le site.

D’autres éléments existant sur le terrain sont conservés et valorisés comme le point d’eau ou encore le kiosque qui est déplacé dans une école de la commune. Les poubelles sont transformées (regroupées et colorées) pour permettre le tri sélectif. Celui-ci nécessite cependant d’être accompagné d’une récolte des déchets adaptée.

Le projet favorise l’écomobilité en sécurisant les modes de déplacements actifs (marche et vélo) par la fermeture aux voitures d’un tronçon de la rue Pierre-Victor Jacobs et en renforçant les zones piétonnes et cyclables.

Éveiller l’imaginaire avec un tapis urbain

Les auteurs de projet proposent une approche poétique et recourent à la métaphore du tapis urbain. Ils font référence au serpent-Boa du Petit Prince de Saint-Exupéry.

Le tapis recouvre le Parc Saint-Rémy et crée une ambiance spécifique, une identité du lieu. La couleur et les dessins permettent une signalétique forte qui signifie au promeneur qu’il entre dans un espace ludique, d’ évasion et de rêve.

Les murs mitoyens offrent une surface d’expression : lors des ateliers de « tag » avec les enfants du quartier des panneaux sont décorés. Ils sont changés tous les six mois.

L’éclairage existant est remplacé pour améliorer la sécurité et l’ambiance du parc et ses abords. Des mats à plusieurs points lumineux orientables sont implantés dans et autour du parc. Les mats sécurisés (accès en hauteur) et la lumière plus tamisée répondent également aux préoccupations des habitants en matière de bruit et de vandalisme.

Références

Laroque Des Alberes

  • Concepteur: EMF Landscape Architecture

Cette référence a été sélectionnée pour l’ambition ecosystème

Monster Footprints

  • Concepteur: MAD Architects

Cette référence a été sélectionnée pour l’ambition partage

Rio

  • Lieu: Rio de Janeiro, Brazil
  • Concepteur: de Burle Marx

Cette référence a été sélectionnée pour l’ambition esthétique

Rubensplein – Knokke

  • Lieu: Knokke, Belgique
  • Concepteur: Robbrecht en Daem architecten
  • Client: Ville de Knokke
  • Réalisations: 2004

Cette référence a été sélectionnée pour l’ambition esthétique

Südliche Lohmühleninsel – Berlin

  • Lieu: Berlin, Allemagne
  • Concepteur: Rehwaldt Landschaftsarchitekten
  • Client: Gouvernement local de Friedrichshain by – Krotz Fort, Berlin
  • Réalisations: 2010

Cette référence a été sélectionnée pour l’ambition esthétique

Synthèse

Processus

Organiser la communication ouverte et organisée

Assurer un accompagnement social du projet

Lancer une mission de participation et d’animation en amont

Continuer le travail de terrain avec les architectes

Inscrire le projet dans une dynamique de renouvellement urbain à grande échelle

Assurer la présence d’acteurs socio-culturels sur l’espace durant le processus et après réalisation

Point(s) à améliorer

Assurer une gestion intensive, des réparations rapides…

Economie

Concevoir un aménagement simple avec du matériel solide et économe

Assurer la rapidité et la sécurité du chantier

Ouvrir la place et augmenter ainsi le contrôle social et la sécurité

Maillage

Ouvrir le parc afin de redonner une identité au quartier par un aménagement multifonctionnel et ouvert

Renforcer le maillage jeu par un aménagement ludique

Ouvrir le parc et ainsi créer et renforcer les cheminements traversant

Intégrer la rue adjacente dans la continuité du parc

Point(s) à améliorer

Mieux intégrer la rue dans l’aménagement de l’ensemble de la place

Partage

Créer un espace ouvert et transparent de rencontre

Sécuriser les déplacements actifs par la fermeture d’une rue aux voitures et l’ouverture du parc

Activer l’espace par la présence d’équipements

Séquencer l’espace en zones aux limites souples, flexibles et appropriables

Point(s) à améliorer

Renforcer le lien avec la salle de sport

Ecosystème

Créer des poches de verdure pour contribuer à la perméabilité

Récupérer au maximum le mobilier et la végétation existant

Utiliser un revêtement de sol simple, économique, robuste

Sécuriser les déplacements actifs

Esthétique

Créer un tapis urbain, une identité forte à l’espace

Utiliser des matériaux à la fois banals et exceptionnels

Adapter l’éclairage et la lumière au lieu

Offrir une surface d’expression sur les murs mitoyens