Close

Rue de la Brasserie

RuesRues
Echelle communaleEchelle communale
MarcheMarche
TC plusTC plus
  • Lieu: Ixelles, Bruxelles
  • GPS: 50.828345, 4.376161
  • Année: 2010 - 2012 (travaux)
  • Superficie: 500m linéaire
  • Tissu urbain: Rue mixte dense
  • Concepteur: STIB, Vivaqua, Sibelga, Bruxelles Mobilité
  • Maître d’ouvrage: Bruxelles Mobilité
  • Montant des travaux: 4 000 000 euros

En 2008, la rue de la Brasserie est une rue chaotique, en mauvais état, trop étroite pour accommoder le trafic motorisé, les cyclistes, les piétons et les transports en commun de manière sûre et lisible. Le stationnement le long des trottoirs n’est pas réglé. Les arrêts de tram sont mal situés.

La rue de la Brasserie accuse une forte dénivellation puisqu’elle relie le bassin des étangs d’Ixelles et l’avenue de la Couronne. Plusieurs bâtiments sont inscrits à l’inventaire du patrimoine architectural de la Région de Bruxelles-Capitale. Cette qualité architecturale typique du début du XXe siècle contraste avec les problèmes de vandalisme et de déversements illégaux actuels. Les nuisances sonores et les vibrations provoquées par le passage du tram et des voitures sur le sol pavé incommodent les habitants de la rue. Ils subissent également les inondations en cas de fortes pluies. La rue compte quelques arbres mais aucun bancs ni poubelles.


En 2012, la rue de la Brasserie est réaménagée pour que le trafic, les stationnements et les différentes fonctions puissent coexister de façon lisible et sûre pour tous les usagers. Elle est devenue une voie prioritaire avec une bande cyclable dans les deux sens.

Des arbres et des bancs sobres sont installés afin de créer des espaces de repos verts et agréables. Les pavés sont remplacés par une couche d’asphalte qui augmente le confort des cyclistes. La solution technique des rails enrobées est adoptée afin de réduire les problèmes sonores et les vibrations.

 

1930-2012

1930

1971

1996

2012

2015

2015

2015


Comparer différentes études afin de trouver la meilleure alternative réalisable

Le réaménagement de la rue de la Brasserie est déclenché par la STIB dans l’objectif de renouveler les voies de tram. Le projet définitif découle d’une comparaison de plusieurs scénarios réalisés en interne par Bruxelles Mobilité. Les objectifs du projet – sont clairement définis dans des notes de conception et de synthèse.

Un processus participatif n’est pas proposé mais le projet est communiqué aux habitants via des toutes boîtes et des documents consultables sur internet.

Le projet se fait en trois phases : la première concerne les réseaux de distribution, la deuxième l’installation des rails de tram et la troisième l’aménagement de la rue. La rue est elle-même subdivisée en trois tronçons. Pour chaque tronçon, les trois phases s’appliquent. La fin des travaux, prévue pour fin 2011 est retardée jusqu’à mi-2012.
Pendant les travaux, les habitants se plaignent du bruit et de la suppression de stationnements au cours du chantier. Ils se manifestent en raison des dommages causés par la mise en œuvre et la circulation continue de tram et espèrent recevoir une compensation financière. D’autant plus que, selon les habitants, les vibrations sont plus fortes qu’avant. À la fin du chantier les habitants organisent une soirée d’échanges de vue avec le ministre responsable pour clarifier cette situation.

Cadre formel Cadre informel
Situation 2008
Avant projet

Etudes préalables

Projet définitif

Enquête publique

Permis

 Communication aux habitants

Aménagement 2012

Tronçon 1

Phase 1: égouts, gaz, électricité, …

Phase 2: STIB – pose des rails

Phase 3: bruxelles mobilité – aménagement

Tronçon 2

Tronçon 3

Plaintes des habitants

Soirée d’échange

Ministre des travaux publics et des transports, habitants, commerçants, propriétaires, associations

Intégrer une zone de (dé)chargement dans une zone à usage mixte

Dans la rue de la Brasserie, principalement dans le bas, se trouvent beaucoup de commerces de proximité, de cafés-restaurants ainsi qu’un garage et une station-service. Une zone de (dé)chargement est prévue dans le nouvel aménagement.

Les travaux permettent également de réorganiser la présentation des marchandises et des terrasses. Elles sont d’ailleurs régulièrement combinées avec des petits espaces verts accompagnés d’un nouveau mobilier urbain.

Pendant le chantier, le tram continue à circuler dans la rue ce qui profite plus aux navetteurs qu’aux habitants. Si la circulation du tram est interrompue, une dérivation avec des bus de remplacement est prévue.

Relier les nœuds intermodaux avec les pôles d’intérêt

La rue de la Brasserie relie la place Flagey, pôle culturel et intermodal, avec l’arrêt de train, tram et bus Germoir. Le tram 81 les connecte avec la gare du Midi et avec les communes de Saint-Gilles et d’Anderlecht. Le bus 59 relie la rue de la Brasserie avec les communes de Saint-Josse, Schaerbeek et Evere.

Deux écoles se trouvant aux extrémités, la réorganisation de la rue de la Brasserie contribue ainsi à un environnement scolaire plus sécurisé.

Dans le plan d’accessibilité de la voirie et de l’espace public (PAVE) la rue est partiellement catégorisée en tant qu’itinéraire principal. Le tronçon au milieu de la rue est un itinéraire de liaison (cf. carte PAVE). Des traversées piétonnes sont installées à chaque croisement. La rue elle-même ne fait pas partie du réseau des itinéraires cyclables régionaux (ICR) mais elle se connecte à plusieurs ICR qui s’étendent entre Vilvorde au Nord et la Forêt de Soignes au Sud.

Optimiser l’infiltration des eaux en regroupant les arbres

Une cinquantaine de nouveaux arbres sont planté dans la rue et regroupés aux intersections et passages pour piétons. Aux pieds de ces arbres, l’eau de pluie peut s’infiltrer dans le sol et les risques d’inondations en cas de fortes pluies sont réduits.

Les anciens pavés de la rie sont réutilisés dans le réaménagement des trottoirs.

Réduire les nuisances sonores et les vibrations grâce aux système des rails enrobés

Globalement, la rue de la Brasserie est mieux organisée. L’accent est mis sur les façades historiques et de nouveaux bancs sobres en bois et métal permettent de créer de zones de repos. Un nouvel éclairage public est fixé aux façades.
Le revêtement en pavé platine s’inscrit dans une démarche patrimoniale. Cependant par temps de pluie, le caractère glissant dans cette rue en pente est dangereux pour les usagers.

L’installation de poubelles permet de donner un caractère plus propre à la rue.  Des potelets de type standard de couleur verte sont installés au coin de rue pour y éviter le stationnement et laisser le trottoir libre .

Les nuisances sonores et les vibrations dues au tram sont partiellement résolues en intégrant un système enrobant le rail dans un béton avec un joint souple. Néanmoins, les plaintes des habitants persistent et concernent principalement l’augmentation des vibrations suite au réaménagement. Il s’avère dès lors nécessaire de bien (re)évaluer ce système.

Un manque de cohérence entre les matériaux et le mobilier de la rue est a constaté par rapport aux espaces publics adjacents comme par exemple la place Flagey et la petite placette au coin de la chaussée de Boondael.

Références

De Witte de Withstraat

  • Lieu: Amsterdam

Cette référence a été sélectionnée pour les ambitions esthétique et partage

Nationalestraat

  • Lieu: Anvers

Cette référence a été sélectionnée pour les ambitions esthétique et partage

Nieuwe Binnenweg

  • Lieu: Rotterdam

Cette référence a été sélectionnée pour les ambitions economie, maillage et partage

Rue de l’Abbé Victor Senez

  • Lieu: Valenciennes, Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Cette référence a été sélectionnée pour les ambitions ecosystème et partage

Synthèse

Processus

Organiser une soirée d’échange pour permettre aux habitants de s’exprimer par rapport au projet

Définir les enjeux et les objectifs du projet dans des notes de conception et de synthèse

Communiquer l’évolution du projet via des toutes boîtes et des informations en ligne

Point(s) à améliorer

Prendre en compte les remarques émises par les habitants pendant les travaux plutôt qu’après le chantier

Impliquer les usagers en leur présentant les différents scénarios étudiés

Economie

Maintenir la circulation du tram pendant une partie du chantier

Intégrer une zone de (dé)chargement

Permettre le développement d’activités économiques en créant des espaces appropriables comme des élargissements du trottoir

Maillage

S’intégrer aux réseaux piétons (PAVE) et cyclables (ICR)

Renforcer les liaisons cyclistes et piétonnes entre les nœuds intermodaux de la place Flagey et l’arrêt Germoir

Intégrer des passages piétons à chaque croisement

Partage

Rajouter des bandes cyclables

Prévoir des dalles podotactiles, des bordures abaissées et des bancs

Optimiser la localisation des arrêts de tram et de bus

Réduire le nombre de poteaux en accrochant l’éclairage aux façades

Point(s) à améliorer

Créer une bande cyclable de largeur suffisante entre les rails de tram et les stationnements

Éviter le conflit entre les voyageurs de tram et les cyclistes au niveau des arrêts

Augmenter le confort et l’accessibilité des arrêts en installant des abris et des quais à hauteur recommandée

Ecosystème

Planter plusieurs arbres entre les zones de stationnement ainsi qu’aux coins de rue

Optimiser l’infiltration des eaux en regroupant les arbres

Utiliser des pavés locaux de réemploi

Esthétique

Installer des bancs sobres en bois et métal

Valoriser les façades patrimoniales par la mise en lumière

Réagir aux nuisances sonores et aux vibrations en intégrant des rails de tram enrobés

Point(s) à améliorer

Accorder le style des poubelles et des potelets au mobilier sobre et moderne

Prendre en compte le caractère glissant des pavés platine

Assurer une cohérence des matériaux avec la place Flagey et la placette au coin avec la chaussée de Boondael