Close

Parc Marconi

AutresAutres
Echelle localeEchelle locale
Marche plusMarche plus
  • Lieu: Chaussée d’Alsemberg, rue Marconi, Forest, Bruxelles
  • GPS: 50.817732, 4.341554
  • Année: 2014-2016
  • Superficie: 2790 m2
  • Concepteur: Suède 36 + tr@me (participation)
  • Entrepreneur: Melin, Ecureuil vert (abattage et élagage des arbres existants), Fresques : Samuel Idmtal et Orlando Kintero
  • Maître d’ouvrage: Commune de Forest
  • Montant des travaux: 400.000 euros TVAC

En 2012, le parc Marconi participe au maillage du quartier traversant un îlot situé entre la chaussée d’Alsemberg et la rue Marconi, connectant les rues Cervantes et du Zodiaque. Cependant, la présence de grilles, les emplacements de stationnement situés au sein même du parc, le manque de luminosité et la pauvreté des aménagements ont longtemps limité le parc à un lieu de passage peu avenant.


Les réaménagements effectués en 2016 dans le cadre du Contrat de quartier durable "Albert" visaient notamment à améliorer la perméabilité du parc et à y créer des espaces de jeux ainsi que d’autres lieux plus calmes. Le travail coordonné des concepteurs, de la commune et des habitants a permis de faire du parc un lieu agréable et convivial, prenant en compte les objectifs fixés par la commune, le programme du contrat de quartier, les besoins des habitants et les caractéristiques du quartier.

 

Le tracé de la chaussée d’Alsemberg a été décidé et mis en œuvre durant la première moitié du XVIIIe siècle. A cette époque, la nouvelle chaussée n’était bordée que d’implantations éparses. C’est à la fin du XIXe siècle que l’axe s’est fortement urbanisé avec la construction de bâtiments résidentiels et plus tard de maisons de rapport avec rez-de-chaussée commerciaux. Quant à la rue Marconi, il s’agit d’un ancien chemin vicinal nommé « Groenen weg » (rue Verte). Pavée en 1860, la rue est redressée et élargie au tout début du XXe siècle. C’est à cette même période qu’est construit l’essentiel du bâti actuel de la rue.

Construite en 1874, la maison bourgeoise de style néoclassique située au numéro 296 de la chaussée d’Alsemberg avait l’actuel parc Marconi pour jardin. La commune de Forest fait l’acquisition de la maison avec son jardin en 1989. Le bâtiment accueille alors un commissariat de police avant de devenir une maison de justice. Le jardin est alors transformé en parc public, et réaménagé une première fois en 2000. Bordant le parc Marconi, les deux maisons bourgeoises situées aux numéros 296 et 300-302 de la chaussée d’Alsemberg sont reprises à l’inventaire du patrimoine architectural.

Du côté de la rue Marconi, le parc est notamment voisin de l’ancien établissement « le Magnéto belge. Il s’agit d’une ancienne usine de style Art Déco , aujourd’hui aménagée en logements. Ce bâtiment est inscrit sur la liste de sauvegarde à l’instar de l’ancien château d’eau visible depuis l’intérieur du parc. Face au parc, l’hôpital Molière-Longchamp occupe le côté pair de la rue Marconi sur tout un tronçon (entre l’avenue Molière et la rue du Zodiaque).

1953-2016

1953

1971

1996

2004

2012

2015

2015

2016


Dialoguer pour garantir une appropriation optimale et une gestion efficace

Le réaménagement du parc Marconi fait partie du programme d’intervention du Contrat de quartier durable « Albert » (2012-2016). Dans le cadre du diagnostic et du projet de programme comme pour la conception de l’aménagement du parc, des équipes travaillant spécifiquement la participation ont été associées au processus.

Lors de trois ateliers participatifs proposés le samedi après-midi durant la phase de conception du projet, les habitants ont pu identifier les qualités du parc, les besoins et les améliorations à apporter. Une centaine de participants a ainsi pris part à la conception : notamment les habitants de ce quartier mixte, mais aussi des employés communaux, agents de quartier et membres de la police locale. Parmi les points d’attention : la faible luminosité du parc en journée et la mauvaise qualité de son éclairage en soirée ; les ruptures créées par les murs, les grilles, les places de stationnement en intérieur d’îlot ; le manque d’appropriation des lieux pour des espaces de séjour notamment. Parmi les besoins, une demande d’utilisation de matériaux naturels est exprimée.

En dernière étape du projet, la réalisation de fresques sur les murs du parc en collaboration avec des artistes bruxellois aura permis d’intégrer les jeunes du quartier au projet.

Le parc Marconi a été le premier projet du programme du Contrat de quartier durable « Albert » à être réalisé ; cela a permis d’accroître la visibilité et l’appropriation par les habitants du processus de Contrat de quartier durable Albert et de ses différentes opérations.

Les dialogues entre différents services communaux et avec les habitants auront permis d’initier une bonne gestion et appropriation du parc. Des collaborations entre services communaux ont été renforcées et un règlement de parc pour Forest a été rédigé dans le cadre de ce projet.

Cadre formel Cadre informel
Contrat de quartier
Albert 2012-2016
Situation 2014

Procédure négociée

Avant projet

Association avec bureau de participation

Ateliers
01-03/2014
Projet définitif
 Enquête publique 08/2014
Aménagement 2016

Permis

Priviléger Des interventions simples, robustes et le réemploi

L’économie est, ici en particulier, étroitement liée au projet: les aménagements sensibles, peu interventionnistes et privilégiant la réutilisation de l’existant ont permis la réalisation d’un projet qualitatif et le respect de l’enveloppe budgétaire relativement restreinte  (400.000 TTC pour l’étude, la participation et les travaux).

La réutilisation de l’existant se marque notamment dans le maintien partiel des cheminements et se distingue aussi dans le recyclage des murets qui, recouverts de bois, servent désormais d’assises. Des plantes ont aussi été réutilisées après avoir été mises en pépinière communale durant le chantier.

L’utilisation de matériaux naturels, le réemploi des arbres abattus transformés en bancs ou encore la réalisation de mobilier sur mesure et robuste font partie des démarches de conception qui ont lié l’esthétique, la durabilité et l’économie du projet.

Le choix des matériaux et plantes s’est fait en concertation avec les services communaux afin de réduire les coûts de gestion des lieux. L’emploi de matériaux déjà utilisés ailleurs dans la commune permet aussi de faciliter l’entretien et l’éventuel remplacement.

Renforcer la traversée piétonne en cœur d’îlot

Le parc Marconi constituait, avant son réaménagement déjà, une traversée d’îlot permettant d’intensifier le maillage piéton du quartier. Ainsi, cette traversée relie notamment l’hôpital Molière-Longchamp à la chaussée d’Alsemberg, où passe la ligne de bus 48.

Parmi les enjeux relevés dans le diagnostic et inscrits dans le programme d’intervention du Contrat de quartier durable Albert, la nécessité d’accroître la perméabilité du parc et le sentiment de sécurité lors de sa traversée étaient mentionnées comme prioritaires. La qualité des aménagements a joué un rôle majeur pour répondre à ces besoins. Les murets transformés en bancs constituent une première invitation. Les bords du parc ont été aménagés en parvis du côté de la chaussée d’Alsemberg, plus passante, et en salon urbain du côté de la rue Marconi, en intérieur du quartier. Ces différentes séquences amorcent l’accroche du parc et renforcent son rôle dans le maillage piéton composé des trottoirs et parcs traversés du quartier.

Le parc Marconi situé non loin des parcs Duden et de Forest consolide aussi le maillage vert bruxellois. La végétation d’intérieur d’îlot contribue au maillage vert et qualifie le cadre de vie de ce quartier densément bâti. 

Les aménagements ludiques du parc Marconi  contribuent à la mise en œuvre du maillage jeux de la Région Bruxelloise.

Choisir avec raison les plantations et couvertures de sol

La finesse des aménagements, l’économie de moyens et le respect de l’existant concrétisent l’ambition ‘écosystème’. Le parc Marconi fait par ailleurs partie du maillage vert bruxellois.

La décision d’abattage de plusieurs arbres remarquables est pourtant intervenue assez tôt dans le projet. Mais ce choix, lié à des raisons sanitaires, de visibilité, de stabilité et de pénétration de la lumière naturelle, a été fait en concertation avec les habitants dans le cadre des ateliers.  Les arbres abattus ont été réutilisés sur place pour fabriquer des bancs et des jeux tandis que les arbres restants ont été signalisés et accompagnés d’une description.

Certaines plantes ont été réutilisées après leur mise en pépinière communale pendant la durée du chantier. Les autres plantes ont été choisies en concertation avec les services communaux afin de favoriser le bon entretien de celles-ci.

La perméabilité des sols a été favorisée en maintenant une grande part d’espaces verts et en réalisant une partie des revêtements de sols avec des pavés à joints ouverts et d’autres en copeaux de bois.

Ancrer une nouvelle image et identité pour le quartier

Les aménagements ont contribué à diminuer fortement le sentiment d’insécurité pointé dans le diagnostic partagé du site; ce, en augmentant la luminosité nocturne et diurne et la perméabilité visuelle. Les murs du parc ont été blanchis et partiellement recouverts de fresques réalisées par des artistes locaux et qui font référence au voisinage. Un nouvel éclairage et un mobilier neuf ont été implantés.

Le travail d’ambiances a été matérialisé dans le traitement des sols. L’entrée côté Alsemberg et le chemin principal sont en béton désactivé clair tandis que l’espace de séjour côté Marconi est en partie recouvert de pavés à joints ouverts et de copeaux de bois. Dans sa partie centrale, le parc est constitué de pelouses et de parterres de végétation de sous-bois balisés de basses clôtures en châtaigner. Une palette de matériaux d’aspect naturel est employée. La plupart du mobilier et des équipements sont en bois, dont une partie récupéré suite à l’abattage des arbres.

Le mobilier est dessiné sur mesure. Il se compose notamment de deux grandes plateformes ludiques en bois, appropriables librement.  Il constitue un repère du côté de la rue Marconi où le parc est aménagé en lieu de séjour ouvert sur le quartier. Des panneaux d’affichage, un pan de mur transformé en tableau noir et une enseigne éclairée « Marconi » donnent une identité ludique au parc, favorisant aussi son appropriation par les habitants du quartier.

Par ses accroches au quartier via le parvis sur la chaussée d’Alsemberg et le salon urbain du côté de la rue Marconi, par le renvoi vers les repères visuels (ancien château d’eau, « Magnéto belge, maison de justice) auquels il est fait référence dans les fresques et par la continuité du couvert végétal à l’intérieur de l’îlot, le parc Marconi réussit son intégration dans le quartier en affirmant une nouvelle identité.

Références

Berges du Rhône

  • Lieu: Lyon
  • Concepteur: In situ
  • Client: Le Grand Lyon
  • Réalisations: 2007

Cette référence a été sélectionnée pour l’ambition esthétique

Jardin du fort Saint Saint

  • Lieu: Marseille
  • Concepteur: Agence APS
  • Client: Ministère de la Culture – OPPIC
  • Réalisations: 2013

Cette référence a été sélectionnée pour l’ambition esthétique

Parc des prés de Lyon

  • Lieu: Troyes
  • Concepteur: BASE paysagiste mandataire + AAVP architecte + ON lumière + Cabinet Merlin BET
  • Client: Communauté d’agglomération troyenne + Ville de La Chappelle St-Luc
  • Réalisations: 2006

Cette référence a été sélectionnée pour l’ambition ecosystème

Parc Reine-Verte

  • Lieu: Bruxelles
  • Concepteur: Erik Dhont landscape architect, ARBR Architecten, SCES Engineering
  • Client: Commune de Schaerbeek - Renovas
  • Réalisations: 2007

Cette référence a été sélectionnée pour les ambitions maillage et processus

En savoir plus

Synthèse

Processus

Intégrer la participation aux différentes phases du projet

Intégrer les artistes locaux dans l’aménagement

Formaliser le règlement édicté pour le parc au profit des autres parcs de la commune

Economie

Réutiliser l’existant pour réaliser un projet avec un budget restreint

Employer des matériaux simples et robustes

Réduire les coûts de gestion par un aménagement adapté

Choisir les matériaux et plantes en concertation avec les services communaux afin de faciliter l’entretien

Maillage

Renforcer le maillage du quartier par une traversée qualitative et sécurisée, ludique et verte

Assurer les parcours piéton et cyclistes par la perméabilité et la fluidité du parc

Dessiner (Designer) les limites de l’espace pour assurer à la fois la sécurité, la transparence et l’appropriation

Partage

Ouvrir le parc au quartier avec un parvis et un salon urbain aux entrées

Proposer différentes ambiances, sans imposer d’usages prédéfini

Prévoir des bancs et des zones de jeux pour les habitants

Ecosystème

S’inscrire dans le maillage vert et renforcer le maillage écologique

Favoriser la perméabilité du sol (espaces verts, joints ouverts, copeaux de bois)

Respecter au maximum l’existant afin de préserver l’écosystème

Réutiliser les arbres abattus pour le mobilier du parc

Esthétique

Créer des séquences internes dans la traversée du parc

Créer des perspectives visuelles vers le patrimoine architectural

Dessiner un mobilier sur mesure, ludique et appropriable librement qui forme un point de repère

Augmenter la luminosité nocturne et diurne et la perméabilité visuelle

Revaloriser les murs aveugles, par des fresques qui font référence au voisinage